Analyse comparative du microbiote oral humain associé au développement du cancer chez des participants au Partenariat canadien pour la santé de demain (CanPath)

Chercheur principal : Dr Morgan Langille

Affiliation : Dalhousie University

Début : 2020

Chercheurs : Dre Vanessa DeClercq, Dr Morgan Langille, Dr Johan Van Limbergen, Jacob Nearing

Les microbes sont de petits organismes tels que les bactéries qui peuvent vivre à l’intérieur du corps humain et sur celui-ci. Il a été démontré que ces groupes de microbes jouent un rôle important dans le maintien de la santé humaine. Certains microbes qui peuvent habiter dans le corps sont susceptibles de provoquer des perturbations contribuant au développement de maladies chroniques comme le cancer. De tels microbes résident notamment dans la cavité buccale humaine, où ils ont été liés à certains types de cancer. Cependant, il y a actuellement un manque d’études portant sur la communauté des microbes oraux au sein d’un grand groupe de personnes qui ont développé un cancer. Le repérage des microbes prédictifs de l’apparition future d’un cancer pourrait aider à la découverte de nouveaux facteurs de risque de développement du cancer. Pour remédier à cette lacune, nous étudierons le rôle des microbes buccaux dans le développement de types spécifiques de cancer en utilisant une vaste cohorte canadienne connue sous le nom de Partenariat canadien pour la santé de demain (CanPath). Au point de départ, avant l’apparition d’un cancer, les participants ont donné un échantillon de salive et fourni des renseignements détaillés sur leur état de santé, leurs mesures physiques et leurs choix de mode de vie. Depuis lors, un sous-ensemble de cette cohorte a développé une forme de cancer. Avec l’échantillon de salive orale, nous pouvons utiliser des approches de séquençage d’ADN, ainsi que l’apprentissage automatique et des modèles statistiques pour étudier les microbes qui résident dans notre corps. En comparant les échantillons d’individus qui ont développé un cancer à ceux de personnes en santé, nous tenterons de détecter des caractéristiques microbiennes uniques associées au développement de certains types de cancer. Les résultats de cette étude fourniront une information précieuse sur l’utilité de se servir des microbes buccaux comme moyen possible de signaler les personnes présentant un risque accru de développer un cancer.